• Test de Valkyria Chronicles Partie 2/4

    Partie 2

     

    Du crayon au paddle



    Dès les premiers instants de jeu, le joueur en prend plein les mirettes. Valkyria Chronicles tire la plus grande partie de son originalité d'un design graphique crayonné, façon dessin animé, grâce au système appelé « Canvas », efficace, étonnant et qui se permet par la même occasion de surpasser le « Cell Shading » qui prend une belle claque. Le résultat, splendide, offre au joueur de beaux décors, colorés et variés, fourmillant de petits détails subtils pour un ensemble extraordinairement riche.

    Les personnages sont également très bien modélisés, expressifs et attachants, empreinte du savoir-faire nippon, influence manga oblige.
    On ressent d'autant plus cette culture propre au pays du Soleil levant, vu les équipements de ces personnages, armes et uniformes mais aussi au niveau des tanks présents sur le champ de bataille. Mêlant habilement, aspect subtilement grossier et beaucoup de fantaisie, là encore, les développeurs ont réalisé un travail exemplaire et original.

    Au niveau de la variété des décors et donc des champs de bataille, le joueur est là aussi gâté. On passe d'un pré parsemé de beaux arbres et aux oiseaux qui chantent à des zones urbaines dévastées où l'horreur de la guerre s'exprime sans retenue.
    Alors que les prairies et villages aux couleurs pastelles sont le plus souvent représentatifs des cut-scenes, les zones plus sombres telles que les villes en ruines feront office de champ de bataille. Un décalage qui fait son petit effet et qui renforce cet aspect violent du conflit.
    Nous ne dirons pas « beau boulot », cela ferait répétition voire même redondance obstinée, mais le cœur y est.



    Un level design global étoffé et admirable, qui rend cette aventure aussi bouleversante que violente et qui entraîne le joueur, pourtant bien accroché à son paddle, au cœur de cette histoire pleine d'héroïsme et de rebondissements. Bravo.


    . Tactique, RPG & fun !



    A son annonce, Valkyria Chronicles avait l'ambition de révolutionner le traditionnel jeu de rôle, en mêlant action au tour par tour - comme le veut la tradition - et combats en temps réel. En plus de son aspect graphique, le titre de SEGA sort du lot grâce à son gameplay remaniant ce genre de jeu vieux comme le monde avec une touche de modernisme.

    C'est simple, à chaque bataille, le joueur dispose d'un nombre d'action, les points de commandement (PC) correspondant au nombre de soldats déployés (11 au maximum). Chaque acte vous retirera un point d'action, à l'exception du tank de notre cher Welkin qui lui vous en bouffera deux à chaque fois.
    Ainsi, il faudra gérer avec ces points d'action, bien choisir ses cibles et ne pas se déplacer pour rien, puisque vos soldats, suivants leurs classes, disposent d'une liberté de mouvement variable et surtout limitée. Il faudra également prendre en compte les éléments du décor proposant une couverture potentielle, éviter les pièges ennemis… Voilà grossièrement ce qui vous attend paddle en main.

    Avant de passer ce gameplay au scalpel et d'entrer dans le détail, sachez qu'une interface de gestion de votre escadron sera disponible et sera accessible avant vos missions. Au menu, du recrutement (on peut recruter 20 soldats au total parmi une liste importante de recrues potentielles), selon les quatre classes disponibles :

    • Eclaireur
    • Grenadiers
    • Anti-char
    • Ingénieur
    • Sniper


    Ces quatre classes différent donc au niveau de l'équipement des soldats, plus ou moins précis ou puissant mais aussi de part leur liberté de mouvement plus ou moins étendue.
    A vous de recruter soigneusement mais aussi de déployer de manière équilibrée vos troupes sur le terrain en début de partie.

    Mise à part le recrutement, vous pourrez également améliorer les armes de vos soldats, par classes, ainsi que certains points tels que la capacité de défense ou d'attaque, en échange de points d'expérience gagnés après une bataille. Enfin, vous pourrez entraîner vos unités pour qu'elles puissent, par classe également, monter en grade.
    En somme, une gestion assez poussée de vos petits soldats qui deviendront de plus en plus efficaces et combatifs au fil de votre progression.
    Pour finir sachez que vous pourrez jouer des batailles hors scénario, dans le but de vous faire la main et de gagner des points d'expérience.

    Une fois bien rodée, votre équipe est prête à en découdre avec l'ennemi. En terme de gameplay pur et dur donc et avant chaque bataille, un petit briefing vous exposera la situation. Une carte s'ouvre à vous affichant vos unités (en bleu) et celles de vos ennemis (en rouge). Vos objectifs de missions vous seront également exposés, votre réussite dépendant bien évidemment de ces derniers, mais également de conditions fixées dès le départ telles que la survie de tel ou tel personnage ou encore, finir la mission en un nombre de tour défini.
    Premier défaut à noter côté gameplay, les objectifs de missions manquent cruellement de variétés, sachant qu'il faudra la plupart du temps prendre possession de points de ralliements ennemis.

    On se retrouve ensuite dans le vif du sujet avec une nouvelle carte où commence votre rôle de chef de guerre. Vous aurez à cet instant, à déployer vos unités selon les points de ralliements disponibles. Au nombre de 11 au maximum, vous pourrez choisir les unités qui combattront à vos côtés. Comme dit plus haut, il faudra prendre en compte les différentes classes pour monter une équipe complète et efficace.

    http://www.play3-live.com

    Lire là partie 1 du test, cliquez ici

    Lire la partie 2 du test, cliquez ici

    Lire la partie 3 du test, cliquez ici

    Lire la partie 4 du test, cliquez ici


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :