• Licence oblige, en plus de pouvoir dialoguer avec environ 240 personnages différents (depuis vos interlocuteurs « professionnels » jusqu’aux prostituées et autres passants plus ou moins recommandables), vous aurez le plaisir de retrouver au fur et à mesure de votre parcours différents figures emblématiques du film, ainsi que certains lieux déjà connus : la villa de Tony, bien sûr, mais aussi Freedom Town ou encore des clubs qu’on le voit fréquenter dans le film.

    C’est précisément lors des phases de dialogue et des diverses cinématiques que vous remarquerez peut-être les efforts faits pour retrouver dans le jeu les poses et mouvements de Tony Montana dans le film. Pour l’occasion, Radical a en effet fait appel à un acteur qui a eu pour mission d’étudier avec précision ces dernières, afin de les reproduire ensuite lors de séances de Motion Capture.

    votre commentaire
  • Rappelant qu’ils ont eu l’occasion de travailler un peu la chose avec Hulk, leur précédent titre, Tim Bennison, senior producer du jeu au sein de Radical Entertainment, nous a affirmé que l’un des atouts de Scarface est d’offrir un monde riche d’interactions. Et de montrer fièrement qu’il est non seulement possible de tirer sur des vitres afin de les transpercer et d’abattre les ennemis se trouvant de l’autre côté, mais aussi par exemple d’aller piquer une tête sur l’une des nombreuses plages (désespérément désertes au demeurant) – tout en ressortant d’ailleurs parfaitement sec, comme si de rien n’était. Sans oublier que vous pourrez également monter à bord et conduire n’importe lequel des véhicules présents dans le jeu (y compris les voitures de la maréchaussée), simplement en affolant son conducteur à l’aide d’une quelconque arme, ce dernier se faisant alors un plaisir de vous laisser les clefs et de disparaître sans réclamer son dû (bon, pour les flics, il faudra évidemment être un peu plus percutant, cela coule de source…).
    Cela dit, une fois notre héros bien établi, il disposera de son propre véhicule avec chauffeur, qu’il vous sera possible d’appeler où que vous soyez, sans même avoir besoin de vous rendre dans une cabine téléphonique (tiens, les téléphones satellitaires existaient déjà, dans les années 80 ?).

    On peut toutefois se demander si la politique adoptée (maximiser le nombre et la diversité des interactions possibles) est la bonne. Quand une Lamborghini lancée à vive allure heurte des barrières de sécurité empêchant l’accès à un pont, on est en effet assez surpris de voir sauter ces dernières à l’horizontale, et pratiquement à la même hauteur quelle que soit la vitesse du choc. On peut cependant raisonnablement espérer que ce genre de défauts seront corrigés d’ici la sortie du titre.

     Radical nous promet en outre un jeu dont différentes parties ou acteurs seront dotés de leur vie propre, de leur système de fonctionnement, et entreront éventuellement en contact les uns avec les autres. Devraient notamment répondre à cette définition la circulation automobile, la D.E.A (Drug Enforcement Administration), ainsi que les autres gangs.


    votre commentaire
  • En revanche, on perçoit dès la première mission combien Tony se montre bavard dans le jeu. Près d’un meurtre sur deux s’accompagne d’une petite mimique, ou d’une phrase issue du film, ou proche de son esprit – c’est à dire contenant au moins une fois le mot « fuck » ou l’un de ses dérivés -, par laquelle Tony brocarde et vilipende ses adversaires. Cela est particulièrement vrai lorsque vous avez recours à l’un des gestes d’exécution mis à votre disposition, qui ne sont bien sûr utilisables que lorsque vous vous trouvez à proximité de l’ennemi à abattre. Ces gestes ne font pas forcément appel qu’aux armes à feu, puisque vous pourrez par exemple être amené à prendre part à un affrontement à coups de battes de base-ball.

    Si cette effusion de joie et / ou de paroles accompagnant chaque effusion de sang prête à sourire au début et rappelle avec joie diverses scènes du film culte, on peut craindre un phénomène de lassitude, plus particulièrement dans certaines missions riches en action… et donc en meurtres.

    votre commentaire
  • Mais revenons-en à la première mission, intitulée « Empire is on Fire ». Après une cinématique ne faisant finalement que reconstituer en images ingame l’assaut à l’intérieur de la villa, elle débute lorsque surgit dans le dos de Tony Montana l’homme qui, dans le film, après être entré par la fenêtre du bureau du maître des lieux, lui porte le coup de grâce. Il en va tout autrement dans le jeu, puisqu’il sera le premier d’une longue série d’adversaires à subir les foutres d’un Tony survolté.
    Une fois cela fait, il vous faudra descendre le splendide escalier et faire face aux attaques de multiples assaillants. Une entrée en matière riche en action, et qui vous permettra de découvrir rapidement les modes de visée offerts par le titre (visée classique avec une croix, ou bien système de lock, qui permet de tirer tout en se mettant à couvert), ainsi que la possibilité de passer en vue première personne, comme dans un FPS. Avec d’ailleurs une petite bizarrerie en ce qui concerne cette dernière, puisque votre arme paraîtra complètement décentrée dans le coin droite de l’écran. Mais cela est compensé par le fait que, dans cette configuration, il n'est pas nécessaire de viser.
    Il ne s'agit pas en effet d'une vue comme les autres, mais d'un mode spécial (intitulé "Blind Rage") auquel vous ne pourrez accéder qu'à certains moments, une fois que votre jauge de rage atteint son maximum. Pour faire grandir cette dernière, il n'y aura d'autre solution que de tirer comme un fou sur les têtes, les jambes, les bras... de vos adversaires.

    Malheureusement, il ne faut pas plus de 5 minutes de jeu pour ressentir le manque de souffle de cette scène. L’action n’est pas aussi trépidante et intense qu’on aurait pu l’espérer. D’ailleurs, à aucun moment on ne voit surgir d’un même endroit une grappe de 5-6 assaillants, contrairement à ce qui se produit dans le film. Le jeu paraît presque plus « calme » que ce dernier, et l’excitation ressentie s’en trouve réduite d’autant.

    Pourtant, quand on voit que Tony est capable de se prendre 3 balles tirées pratiquement à bout portant sans que cela altère en rien son dynamisme et ses capacités, on se dit qu’il serait carrément possible d’accroître l’intensité de cette première mission en augmentant le nombre d’adversaires à abattre…

     

    votre commentaire
  • Si Scarface est un film culte pour nombre de lecteurs, il n’en est pas forcément de même pour la jeune génération, qui n’a pas forcément eu le plaisir de découvrir elle aussi la fameuse scène de la tronçonneuse et autres sympathiques moments. Un rapide résumé du scénario du film s’impose donc…

    Issu de l’immigration cubaine, Tony Montana, alias Scarface, se fait petit à petit une place au soleil dans la pègre de Miami, et finit par parvenir au sommet de la gloire criminelle, non sans s’être préalablement débarrassé de son ex-mentor, Franck Lopez, et l’avoir dépossédé de sa femme. Ses rêves de pouvoir et de fortune finissent donc par se réaliser à la tête de son entreprise florissante Montana Management & Co, Tony posséde une villa et une limousine de luxe, et fréquente les restaurants les plus chics de la ville. Mais l’homme, toujours plus avide d’argent, finit par sombrer dans la paranoïa, entretenue par sa dépendance croissante à la cocaïne. Traqué par la police et par ses ennemis, il finit assassiné dans sa villa, lorsque des centaines de mercenaires se ruent sur cette dernière afin de l’abattrer. Non sans s’être préalablement défendu avec brio, seul contre des dizaines d’hommes armés, dans une scène d’une rare violence…


    C’est précisément cette scène finale que la première mission du jeu vous invite à revivre, en vous faisant ré-écrire l’histoire de Tony Montana. En effet, l’action du jeu est postérieure à celle du film : après avoir réchappé de l’attaque contre sa demeure, Tony s’exile volontairement pendant 3 mois dans les Caraïbes, avant que de revenir à Miami plus motivé que jamais, pour reprendre ses activités illicites, re-bâtir un empire en partant de zéro, et redevenir le gangster le plus craint et le plus respecté de toute la ville. C’est sur ce retour que s’ouvrira la seconde mission du jeu.

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires